Accueil > Ressources > Collections du musée > Archives > Fonds Gand, Bernardel, Caressa et Français > Présentation : instruments du musée

Archives du Musée de la musique

Fonds Gand, Bernardel, Caressa et Français

Instruments du musée

De nombreux instruments du Musée de la musique sont cités dans les archives du fonds Gand, Bernardel, Caressa et Français.

Les ateliers Gand, Bernardel, Caressa et Français ont travaillé pour le Conservatoire et le Musée instrumental dont sont issues les collections du Musée de la musique. Les interventions et les expertises qu’ils ont effectuées pour ces institutions sont décrites dans leurs archives.

L’orpharion : un instrument rare du XVI e redécouvert et restauré au XIX e siècle

opharion_face

Orpharion, anonyme, Italie

16ème ou 17ème siècle, n° inv. E.978

L’orpharion (n° inv. E.978) conservé au musée est un instrument de la fin du XVIe ou du début du XVIIe siècle. Acheté vers 1874 par l’amateur d’antiquités et guitariste Charles Davillier, il est transformé en guitare. Donné en 1883 au musée, il est restauré par l’atelier Gand et Bernardel pour retrouver une apparence que l’on pensait exacte à l’époque : tête de lion sculptée, chevalet en biais... Ce sont les mentions de ces transformations qui figurent dans les registres conservés au Musée et dans les factures adressées au Conservatoire (aujourd’hui conservées aux Archives Nationales).

opharion_facture

Grand livre 1881-1887, n° inv. E.981.8.4, image n° 26.

Interventions réalisées par l'atelier sur l'orpharion (appelé "orphéoréon" au XIXe siècle).



Un violon de Stradivari : l'examen du Provigny

provigny_scan

Radiographie du violon Provigny,
réalisée au Musée de la musique

Aperçu de la pièce d'âme.

Entré au musée en 1909, le violon d’Antonio Stradivari (n° inv. E.1730), de 1716, est appelé « le Provigny », du nom de sa donatrice. Au début du XXe siècle, l’instrument fait l’objet d’un examen minutieux de la part d’Emile Français (?). Les notes de ce dernier peuvent nous aider aujourd’hui à retracer l’histoire de l’instrument et de ses restaurations. Elles nous apprennent, par exemple, que le violon possédait déjà une pièce d'âme (une réparation à l'intérieur de la caisse de l'instrument) à son entrée dans les collections.

provigny_reparation

Répertoire et analyse des instruments amenés pour réparation, 1903-1914,
n° inv. E.981.8.28, image n° 8

Examen du Provigny mentionnant la présence d'une pièce d'âme.

...